Libres

« Forme d’apaisement »

Ces deux mots sont également emblématiques de la diffusion mondialisée de ces productions, connus de tous les amateurs occidentaux de pop culture nippone, et occasionnellement employés dans les médias généralistes. Les contenus du web blogues, forums, sites thématiques, chaînes YouTube, réseaux sociaux fournissent une documentation plus générale sur le sujet qui permet de dépasser le microcosme des groupes observés en montrant la dimension collective du phénomène étudié. Enfin, quelques précisions sont nécessaires quant à la problématique du genre. Parmi tous les types de contenus médiatiques disponibles cinéma, jeux vidéo, télévision, manga, animation, etc. La pop culture nippone abonde en représentations des relations amoureuses et sexuelles, du registre le plus romantique à la pornographie la plus extrême, les sous-genres étant légion. En effet, il existe dans le manga une multiplicité de genres et de sous-catégories, les plus élémentaires étant la division par sexe et par âge. Je garde donc ici ce terme de hentai, celui utilisé par les fans français et communément admis en Occident. Le lolicon est un des exemples les plus caractéristiques et problématiques, dans la mesure où il touche à la pédopornographie.

Pallier leur frustration sexuelle

Pourquoi désactiver votre AdBlock pour accéder au site? On ouvre une bande-dessinée Manga à Tokyo et referme un recueil de conte à Kyoto. La charme du Japon est comme son manière de vie : discrète. Je suis nipponisée.

Laisser un commentaire

Adresse strictement confidentielle *

106 107 108 109 110
Back to top